Debbie Harry – Atomic Blondie

A ne pas manquer sur Arte jusqu’au 27 avril 2020. Trajectoire biographique d’une icône rock américaine, étoile filante du punk au disco en passant par la power pop entre 1976 et 1982. Présentation [Arte] :

Bien avant Madonna ou Lady Gaga, il y avait Deborah Harry. La chanteuse du groupe Blondie est devenue une icône punk et glamour. Portrait intime d’une jeune fille du New Jersey qui décide de conjurer l’ennui en se plongeant dans le bouillonnement de New York et qui marquera l’histoire de la pop.

Deuxième femme la plus photographiée au monde après Lady Diana, “sorte de Barbarella sous acide“, selon Iggy Pop, Debbie Harry grandit dans la classe moyenne suburbaine de l’Amérique des années 1950, alors à son apogée avant les grandes remises en question des décennies suivantes. À 20 ans, elle part seule tenter sa chance à New York. Un temps Bunny Girl pour le Playboy Club, elle finit par trouver un job de serveuse au Max’s Kansas City, la cantine des plus grandes stars – Lou Reed et William Burroughs y sont des clients réguliers. Dans les bars où elle joue avec son partenaire musical et amoureux Chris Stein, un guitariste et photographe qui prendra des milliers de clichés d’elle, l’héroïne circule et fait des ravages. Les musiciens vivent dans le bas Manhattan, alors à l’abandon, et créent sans se soucier des loyers. Dans le petit monde du punk rock naissant, le groupe Blondie peine à s’imposer à New York. Debbie Harry, par contre, fascine déjà cette scène alternative de junkies et d’artistes fauchés. Finalement, le succès viendra d’ailleurs : convié en Californie, le groupe fait chavirer le Golden State. Puis l’Australie, via une face B, et enfin le reste du monde. La suite s’écrira en dollars, avec plus de 30 millions d’albums vendus.

Coulisses du punk rock
Des coulisses de la création d’une scène musicale émergente à New York, par ses lieux (le club CBGB, berceau du punk rock américain) et ses figures emblématiques (les Ramones, Warhol, David Bowie et Iggy Pop…), jusqu’aux pires moments de la starification (la drogue, l’oubli, la difficulté de se réinventer lorsqu’on est catalogué), le documentaire de Pascal Forneri dresse le portrait passionnant d’une génération. Mais aussi celui d’une femme libre et fascinante qui a inspiré les plus grandes stars musicales féminines actuelles.

Lien vers le documentaire : https://www.arte.tv/fr/videos/077331-000-A/debbie-harry-atomic-blondie/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *