L’Agora disparue

Pour Tiphaine.

L’Agora disparue – ENS de Lyon, 11 février 2020 le matin. Photo : FX

Mélancolie autour d’une disparition programmée.

Où la terre embrassait le sol

Pas de printemps à venir, pas de saison pour fleurir

Place nette, esprits vides.

Elle s’était dressée, Agora verdoyante

D’argile, de pierres et de branches, primitive et si utile

Ils l’ont brisée un matin frais

A coups de pelles, de pioches et râteaux.

Reste le souvenir d’un bonheur partagé

D’une parole chère et limpide

D’une respiration pour l’avenir

D’une idée aussi fragile que notre Terre.

Malheur aux destructeurs

Ce qui a disparu

Reste profondément

Ancré dans nos cœurs.

FX, 13 février 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *