Jana Schlosser, ex-chanteuse punk : «Je n’étais pas vraiment en paix avec les gens de RDA»

le

Intéressant témoignage de Jana Schlosser, chanteuse du groupe punk Namenlos en RDA. Une réalité bien plus dure qu’à l’Ouest.

Deuxième épisode de notre série sur la vie à l’ombre du Mur. Jana Schlosser était chanteuse dans un groupe punk, Namenlos. Le régime de RDA étant particulièrement répressif à l’égard des punks, elle été condamnée à un an et demi de prison. Quand le Mur est tombé, elle venait tout juste de fuir à l’Ouest… […]

« Parfois, on écoute la radio un peu distraitement, mais ce jour-là c’était différent. J’ai aimé ce que le journaliste disait sur les punks. Il expliquait qu’ils faisaient leurs vêtements avec des détritus, ce que j’ai trouvé super parce que je n’aimais pas les vêtements à l’Est. Il disait aussi qu’il y avait des bagarres avec les autres jeunes. Et puis j’ai entendu le mot “anarchie”, mais je ne pouvais rien faire de ce mot-là à l’époque. Et la musique… Elle m’a saisi le cœur. Même si je n’ai rien compris aux paroles parce que je ne connaissais pas l’anglais, car je n’en avais pas fait à l’école. Mais le tout avait une énergie, un potentiel agressif, qui m’a ébranlée. »

Lire la suite : Libération, 09/11/2019.

Voir aussi : East German punk scene pushed resistance in an authoritarian state, The Seattle Globalist, 24/10/2018. Illustration :

Singer Jana Schlosser and guitarist A-Micha of East German punk band Namenlos playing on the grounds of St. Michaelis Church in Karl-Marx-Stadt (now Chemnitz) in 1983. © Photo courtesy SUBstitut Archiv (Berlin).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *