Bérurier Noir – En pensant [1989]

Le dernier manifeste de Bérurier Noir, après “Manifeste” et “Noir Les Horreurs” en 1983, “En pensant” a été écrit en 1989 sur les débris de l’actualité de l’époque et diffusé pour la première fois en 2003 dans le DVD Même pas mort (CD audio “Bloody Party”)… Si quelques lieux ont changé, l’oppression est toujours là !


En pensant à la guerre d’Algérie
J’ai pleuré, révolté, car j’ai mal
Aux agités d’Alger aujourd’hui
Ils nous donnent une leçon de courage

En pensant à tous ceux qu’on oublie
Par milliers, prisonniers, oui j’ai mal
En pensant à tous ceux qui s’enfuient
D’Roumanie, d’Éthiopie, et j’en passe

En voyant les droits de l’homme bafoués
Sans pitié, j’ai crié c’est l’alarme
En pensant à ces jeunes gardes rouges
Qui dénoncent leurs parents, ça fait mal

En relisant cet écrivain tchèque
La milice, au printemps, frappe Prague
En pensant aux enfants du Soudan
Qui ont faim, disent rien, et sans larmes

En pensant aux États qui torturent
J’ai hurlé, protesté, c’est normal
En essayant de franchir le mur
Un gamin est tombé, troué de balles

En voyant la muraille du Cambodge
Une honte dont personne ne parle
S.O.S. sur la mer et sur terre
De leur prison-pays, ils s’évadent

En pensant au peuple kurde gazé
Atrophié, c’est atroce et j’ai mal
En pensant aux réfugiés du monde
Et qui fuient dans la nuit, anonymes

En pensant à cette fille perdue
D’Arménie, dans la rue, plus de trace
N’oubliant pas Malik Oussekine
À Paris la police a ses crimes

En tirant sur la foule qui s’écroule
Mains levées, c’est l’armée, ils sont lâches
En frappant violemment l’étudiant
Les polices d’Occident sont malades

En pensant à ces hommes masqués
Assassins de métier, programmés
Je vous demande de renoncer
De tuer ceux qu’ont pas vos idées

En revoyant ce bonze s’immoler
Dans le feu, sans pitié c’est un acte
Le drapeau du bouddhisme unifié
Fait surgir les droits de l’homme des flammes

Cette torche s’appelle liberté
Sa lumière est pour nous éclairer
Le monde est-il une toile d’araignée,
De laquelle on ne peut s’échapper ?

Le monde est-il une toile d’araignée,
L’histoire va-t-elle se répéter ?
Le monde est-il une toile d’araignée,
Où les hommes sont fait prisonniers ?

Le monde est-il une toile d’araignée?
Et les peuples sont toujours enchaînés
Le monde est une toile d’araignée
Il ne faudrait jamais l’oublier.

Bérurier Noir © FanXoa 1989

Illustration : FX, “Un nouveau visage”, détail, collage sur toile, 30×40, 29/09/2019.

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. le Dav dit :

    Merci pour cette redécouverte. C’est un mélange de plaisir, sombre et triste de retrouver les Bérus des débuts. Malheureusement intemporel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *