Masto, mordre et remuer la queue [Tracks, 2019]

le

Merci Toto. Si vous ne l’avez pas encore lue, je vous la conseille fortement :

Le punk français a 40 ans ! Pour l’occasion, Tracks se refait la mohawk en compagnie de l’une de ses icônes, Masto, saxophoniste des Lucrate Milk et de Bérurier noir histoire de se replonger au cœur des années destroy.

“Notre style vestimentaire n’avait pas forcément pour but de choquer. On voulait faire revivre un personnage qui avait disparu : le fou du village qu’on avait pris bien soin d’enfermer dans des institutions. Le fou est un miroir de ce qui se passe dans la société. Le punk a un peu remplacé ça, plus ou moins consciemment. Quand on arborait différents insignes superposés les uns sur les autres, c’était pas pour revendiquer ce qu’il y avait dessus  mais pour tendre un miroir.”

Source : Arte / Tracks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*