Concerto mécanique pour la folie [1963]

le

On n’a sans doute pas mieux fait en France depuis “Un chien andalou” de Luis Buñuel (1929). J’ai découvert ce “Concerto” futuriste de 1963 lors de l’exposition du peintre Erró au musée d’art contemporain de Lyon en 2014.

Ce que nous faisions en 1982 à la fac Saint-Charles dans le groupe NadaNada (avec Benoît G., Rémi P., Valérie G.) aurait pu s’inscrire dans cette démarche en plus court et musicalement post-punk, no wave. Eric Duvivier précurseur de Devo, Krafwerk…

Concerto mécanique pour la folie – ou la folle mécamorphose

Avec Jacques Igelin (Higelin) et Dominique Grange
Collaboration artistique : Erró
Avec la voix de François Dufrêne

La maladie mentale par rapport à l’action d’un monde mécanisé. Illustration très libre et sur le mode symbolique de ce qu’on peut appeler “l’aliénation de l’homme par sa propre production, la machine” et qui lui ôte la possibilité de distinguer ce qui est objectif de ce qui est subjectif. Mécanisé à son tour, l’être humain cherche à fuir ce monde qui l’accable. Se pose alors le problème de sa difficile adaptation à la nouvelle situation technique créée.

Source : Canal U
Voir la fiche Wikipedia

Illustration : Madame Picabia, collage d’Erró, 31,5 x 24 cm, circa 1959, série Collages Paris. Photo FX prise lors de la Rétrospective Erró (Lyon 2014-2015).