Combien de philosophEs ?

Pétition en ligne… J’ai dans les mains ce manuel intitulé Le temps des philosophes, ouvrage réalisé sous la direction de Catherine Roux-Lanier (Hatier, 1995, tirage de 1999). Pourtant bien fait, pédagogique et utile pour entrer dans l’univers philosophique, sur les 39 noms de philosophes étudiés au fil des chapitres, aucune philosophE ! J’ai signé !

Ce que Michelle Perrot analysait dans les “silences de l’histoire” reste d’une criante actualité :

“Les femmes font aujourd’hui du bruit ? C’est en regard du silence dans lequel les a tenues la société depuis des siècles”.

Le surlignage en gras dans le texte qui suit est de notre fait.

FX

Combien de philosophEs ?
(tribune parue dans Libération en date du 17 octobre 2018)

La tribune de nos collègues et amies historiennes, publiée dans Le Monde le 4 octobre 2018, a su esquisser le tableau d’une situation intolérable, que nous, femmes philosophes, ne connaissons que trop bien. Nos expériences ressemblent largement aux leurs : asymétrie des carrières, plafond de verre, discriminations dans les recrutements – ce qui est commun à toutes les travailleuses -, mais trop souvent encore invisibilité de nos recherches et donc de nos concepts, mépris pour nos contributions à la discipline ; voire déni pur et simple de notre statut même de philosophes. Si la reconnaissance collective de cet état de fait appelle de nouvelles solidarités entre intellectuelles, elle se double d’un sentiment de colère lorsque, désirant nous compter en vue de lancer notre propre appel, nous constatons que nous ne sommes pas 440 philosophEs en poste à l’université. En France, les départements de philosophie sont de petites unités. Il n’empêche, dans cette matière, les Maîtresses de Conférences sont minoritaires en comparaison de leurs homologues masculins (87 sur 240 soit 36%), et pour ce qui est des Professeures (39 sur 169 soit 23%), leur nombre se réduit à peau de chagrin si on regarde les Professeur.e.s en « classe exceptionnelle » : 4 femmes pour 51 hommes. Sur la fin ou en début de carrière, une même problématique : on a ainsi régulièrement assisté, ces dernières années, à des campagnes de recrutement (à l’université ou au CNRS) où seuls des hommes sont finalement classés, en dépit d’un sex ratio équilibré des candidat.e.s, à compétences strictement égales. En 2018, la campagne de recrutement de MCF : 12 hommes, 2 femmes.

Quelques jours avant les très masculins Rendez-vous de l’histoire de Blois, évoquées par les historiennes, s’est tenu un rendez-vous incontournable de notre discipline, dans ce qu’elle a de plus académique : les 4, 5 et 6 octobre 2018, les Rencontres philosophiques de Langres étaient consacrées à « l’art ». Sur 10 conférences, 8 étaient assurées par des hommes. Un tour d’horizon des auteurs mobilisés lors de ces sessions permet de mesurer une autre dimension du problème : aucune philosophE. Combien d’autrices sont enseignées au programme de philosophie de terminale ? Au sein des cursus universitaires ? Quasiment aucune. L’« exception » Hannah Arendt ne nous satisfait plus. Des philosophEs dans l’histoire, il y en a bien des centaines : elles ne sont pas « mineures » mais minorisées. Y compris dans les pratiques contemporaines, on ne compte plus le nombre de soutenances de thèse, de colloques en « non mixité » : entre-soi des hommes qui pensent sur des hommes pour des hommes. Les travaux de philosophEs sont moins lus, moins cités, moins débattus ou avec moins de probité intellectuelle. Bien plus qu’un préjugé, il y a ici une production d’ignorance arrogante. Ne nous trompons pas de débat : il n’est pas question de féminiser la philosophie mais bien plutôt de la démasculiniser ! Puisqu’en l’état, la philosophie pense majoritairement « en tant qu’homme » tout en s’obstinant à prétendre au neutre.

Une fois établi ce constat, le débat se resserre communément sur celui de « la parité », dont on nous assure qu’elle constitue une réponse politique adaptée aux inégalités de genre (obligation de parité dans les assemblées et comités élus ou nommés). Même si elle est un moyen pragmatique de pallier la persistance des discriminations, il n’en reste pas moins que la parité n’entame pas le stigmate, comme en témoignent les remarques des hommes philosophes lorsqu’il s’agit de dégoter une femme philosophe (n’importe laquelle pourvu qu’elle soit une femme) pour parvenir au quota imposé. Du côté des femmes, le manque d’outil efficace pour lutter contre l’inégalité génère des mécanismes d’effacement et de renoncement : nombreuses sont celles qui sont encore contraintes de travailler à l’écart, de travailler dans l’ombre. Le temps des petites mains (et) des Grands hommes est révolu. Or, inversement, nous ne devrions pas être dans la nécessité d’en faire deux, trois fois plus que nos collègues, pour faire carrière : à prendre des responsabilités au sein des équipes, des comités, des instances dirigeantes, éditoriales etc., souvent aux dépens de nos propres recherches.

Enfin, ce dispositif suscite aussi des formes pernicieuses de division entre femmes. Combien de cabales laisserons-nous encore se mener contre les « féministes », mais aussi contre les collègues qui, dit-on, « geignent » sur les discriminations sexistes, racistes, sur le harcèlement, les réunions prévues aux heures de la sortie d’école, du bain ou du dîner – ou tout simplement aux heures où on est en droit de faire autre chose -, sur les emails le dimanche, sur les colloques, les congrès, souvent inconciliables avec nos vies matérielles ? Sans aucun doute, des hommes parmi nos collègues assument les « tâches domestiques ». La réponse véritable n’est donc pas dans la parité mais plutôt dans l’édification de pratiques solidaires visant à contester des normes dominantes, empêcher que se perpétuent des rapports de pouvoirs iniques dont quasiment seules les femmes font les frais.

Mais à l’évocation de nos vies de philosophes, on oppose une fin de non-recevoir. L’idée même que se développent les philosophies sur le genre, le féminisme, la sexualité, les antagonismes sociaux, environnementaux, sur le décolonial, le handicap ou tout autre courant « hétérodoxe », suscite souvent des silences entendus qu’accompagnent parfois des pratiques effectives d’exclusion de celles et ceux qui s’y spécialisent. Or, ces recherches se font, envers et contre toutes les résistances, même si le plus souvent, elles obligent à un décentrement (géographique, institutionnel, professionnel), par rapport au parcours jusque-là « classique » des carrières. Il est donc regrettable qu’il y ait, en lieu et place de débats dignes de ce nom au sein de la discipline, des formes d’appropriation « sans risque » de ces recherches encore largement disqualifiées comme « militantes » ou des formes de retraduction de ces problématiques en des termes plus policés. Les frontières entre ce qui serait « politique » et ce qui serait purement « théorique » sont souvent poreuses et à trop les rigidifier on vide la pensée critique de sa capacité à créer de nouvelles coordonnées de réflexion et d’investigation. Enfin, espérons que la publication d’ouvrages qui s’avèrent des critiques délirantes de la philosophie féministe témoigne non de la prégnance mais des derniers soubresauts d’un positivisme paternaliste : le sexisme ne doit plus définir l’ethos du philosophe patenté et ses expressions licites ne doivent plus constituer un mode de reconnaissance entre pairs.

Au-delà de ces persistants effets de forclusion intellectuelle, il est urgent de s’interroger aussi sur ce qui en constitue le terreau : la division sexuelle du travail intellectuel et la reproduction sociale d’une élite dont les déterminations en termes de genre ne sont pas le seul impensé. L’entre-soi des philosophes comme le pré-carré de leur bibliothèque, a un sexe, une classe, une couleur. Combien sommes-nous de filles et fils de prolétaires, combien de « Noir.e.s », « d’Arabes », combien de descendant.e.s de la colonisation, combien sommes-nous issu.e.s de l’histoire des migrations ? Aujourd’hui, la reproduction sociale n’aura jamais été aussi totale dans les Grandes Écoles dont sont issu.e.s la plupart des philosophes. En marge, dans les universités les plus paupérisées, l’enseignement de la philosophie peine à ne pas être dilué dans des parcours « découverte ». Ce qui se joue à marche forcée, c’est la transformation de la philosophie en un produit de luxe, permettant à quelques happy few de continuer à croire que leurs conditions matérielles d’existence se confondent avec l’Universel. Pointer le solipsisme masculin, au moment même où les réformes universitaires n’en finissent pas de menacer notre discipline, nous oblige à objectiver tous les privilèges qui s’érigent en dogmes et participent d’un régime disciplinaire du savoir philosophique et de ses productions. Par contraste, il s’agit de mettre en lumière d’autres points de vue, d’autres perspectives depuis lesquelles nous philosophons : témoigner de la richesse des œuvres et des manières de faire de la philosophie qui ont permis, depuis des années, de renouveler la recherche, de réformer les pédagogies, de décentrer, décloisonner les corpus que nous partageons avec nos étudiant.e.s.

Au-delà de cette tribune donc, première en son genre en France, nous appelons à des assises des femmes philosophes afin de réfléchir et d’œuvrer ensemble à l’égalité.

Premières signataires :

Marion Bernard, Elsa Dorlin, Aurélie Knüfer, Raphaële Andrault, Delphine Antoine-Mahut, Isabelle Aubert, Sophie Audidière, Delphine Bellis, Magali Bessone, Hourya Bentouhami, Anne Boissière, Elena Bovo, Fabienne Brugère, Barbara Carnevali, Marion Chottin, Michèle Cohen-Halimi, Claire Crignon, Marie Cuillerai, Véronique Decaix, Natalie Depraz, Elise Domenach, Claire Etchegaray, Estelle Ferrarese, Cynthia Fleury, Barbara Formis, Camille Froideveaux-Metterie, Marie Garrau, Katia Genel, Pascale Gillot, Elodie Giroux, Ninon Grangé, Marie Goupy, Céline Hervet, Annie Hourcade Sciou, Florence Hulak, Frédérique Ildefonse, Chantal Jaquet, Céline Jouin, Marlène Jouan, Yala Kisukidi, Sandra Laugier, Cécile Lavergne, Eléonore Le Jallé, Mai Lequan, Véronique Le Ru, Catherine Malabou, Elise Marrou, Julie Mazaleigue-Labaste, Anne Merker, Francesca Merlin, Kim Sang Ong Van Cung, Claire Pagès, Marie-Frédérique Pellegrin, Corine Pelluchon, Mélanie Plouviez, Layla Raïd, Judith Revel, Anne-Lise Rey, Audrey Rieber, Sophie Roux, Anne Sauvagnargues, Aline Wiame, Gabrielle Wersinger.

Pour signer : CHANGE.ORG

Illustration : Sappho, femme de lettres, Pompeï. Source Wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*