Combattantes. Une histoire de la violence féminine en Occident [2020]

L’exposition “24 Héroïnes électriques” est terminée mais la lecture continue…

Vient de paraître un ouvrage collectif sur l’histoire des combattantes depuis l’antiquité jusqu’à nos jours avec des auteures de renom : Véronique Blanchard, Fanny Bugnon, Arlette Farge, Laure Gobineau, Christelle Taraud, Jenny Raflik, Karine Salomé, Eliane Viennot…

Présentation de l’éditeur :

Saintes en armes, combattantes, militantes, émeutières, résistantes, activistes luttant contre le patriarcat, la domination masculine, la violence sexuelle ou sexiste, le capitalisme, le pouvoir politique, l’esclavage ou la colonisation, mais aussi terroristes, kamikazes, gardiennes de camps, femmes soldats ou délinquantes… La violence manifestée par certaines femmes revient au sein de notre actualité mondialisée, au risque d’éclipser la violence faite aux femmes. Preuve qu’elle marque les esprits et frappe les imaginaires, aujourd’hui comme hier : de victimes expiatoires, ces femmes deviennent des bourreaux désignés. Cette violence revendiquée a pourtant été longtemps occultée par une histoire écrite par des hommes, soucieuse de perpétuer un mythe de l’innocence féminine, socle du modèle patriarcal, car il permettait de reléguer les femmes dans des tâches subalternes. Si les violences domestiques (infanticide, crime passionnel, violence conjugale), secrètes (empoisonneuse, traîtresse, usurpatrice) ou déviantes (sorcière, criminelle, violeuse, veuve noire, femme fatale) sont aujourd’hui mieux connues, il semble que la violence politique commise au sein de l’espace public, qu’elle ait ou non une visée émancipatrice, le soit moins. Elle s’exprime pourtant au grand jour, activant des stéréotypes dépréciatifs tenaces (vénéneuse, poissarde, tricoteuse, incendiaire, virago, pétroleuse, vitrioleuse, suffragette), destinés à évacuer la femme d’une sphère publique où sa place n’est pas considérée comme acquise. Cet ouvrage met en évidence un inconscient culturel, puissant à l’œuvre dans nos représentations collectives : il identifie les origines antiques, souvent mythifiées de ces femmes d’action, leurs mutations au cours de l’histoire et leur résurgence ambivalente au sein de notre monde contemporain, afin de saisir une question qui interroge notre modernité au regard de son histoire.

Source : Éditions du Seuil

Réf. : Poirson, Martial (sous la direction), Combattantes. Une histoire de la violence féminine en Occident, Paris, Seuil, 2020. Préface de Christiane Taubira.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *