L’imprévu [2021]

L’imprévu arrive toujours au bon moment. Extrait de carnet. La meilleure façon de survivre Est de penser à la mort fréquemment [20 septembre 2016]

Mansfield.TYA – nouvel album disponible “Monument Ordinaire”

Warriorecords vous annonce : Bonjour ! Nous sommes si heureux·se·s et ému·e·s de voir sortir aujourd’hui le nouvel album de Mansfield.TYA — “Monument Ordinaire”  Nouvel Album Disponible Si on connaissait jusqu’à présent le monde sensible de Mansfield.TYA : sens de la mélodie, poésie, mélancolie et minimalisme, Rebeka Warrior et Carla Pallone reviennent aujourd’hui, avec une ode poétique New wave….

Mansfield.TYA : Stèle 5 — Les Filles Mortes

Je partage la joie de Mansfield.TYA en vous annonçant à mon tour ma participation à l’album “Monument Ordinaire” (sortie le 19 février 2021). Présentation dans Stèle 5. « Les Filles Mortes ». Source : Chaîne YouTube de Mansfield.TYA : https://youtu.be/XLuu7BLOkbo images: Archives de la Zone Mondiale, Chill Okuboréal: Chill Okubo FriedmannWARRIORECORDS

Sepukku [Project]… Variations Yin-Yang

SEPUKKU Project rend compte de : L’éventration du monde ; L’individuation des sociétés ; La gentrification des mentalités ; L’anéantissement des possibilités ; L’enfermement des illusions ; La réduction des marges non créditées… … avant 2024

Ton chat Mishima

Résurrection 2 : l’écrivain japonais est désormais passé à la postérité mais il reste aujourd’hui les chats qu’il aimait tant. (pour Julia) “Nous sommes tous des nihilistes”

Acte final – 25 novembre 1970

L’entretien qu’il faut lire : Stéphane Giocanti : « Mishima a voulu rendre sa mort utile à son pays », L’Incorrect, 25/11/2020. URL : https://lincorrect.org/stephane-giocanti-mishima-a-voulu-rendre-sa-mort-utile-a-son-pays-anniversaire-mishima-lincorrect/

Japon Année Z.Zéro

“Hier soir, par là-bas, tout l’horizon était rouge vif, il a dû se passer quelque chose de terrible ! Ta maison, elle n’est peut-être plus debout à l’heure qu’il est. Jusqu’à présent jamais un raid aérien n’avait rendu le ciel aussi rouge.” (Kusano cité par Mishima Yukio, Confessions d’un masque, Paris, Gallimard, 2020, p. 149)